Le rôle du mantra

Mantra est un mot composé de deux syllabes : man, activité mentale de la méditation, et tra, qui sauve, qui donne le salut, la libération. Le mot par lui-même signifie donc que le salut est certain pour celui qui médite sur le mantra. Il faut le recevoir d'un maître qui en apprend le son traditionnel à son disciple. En lisant ou en écrivant un mantra, on en obtient pas le bienfait parce que toute sa valeur réside dans le son. Et Swami Ramakrishnananda a bien précisé que le son du mantra n'est pas reçu de loin mais de près, de bouche à oreille. Il doit être entendu et bien appris. Dans la cérémonie de l'initiation, telle qu'elle était célébrée autrefois en Inde, le mantra était reçu dans l'oreille, le disciple étant complètement enroulé dans un drap.
Un mot, tel qu'il est utilisé dans la conversation, est composé de lettres. Chaque lettre est le symbole d'un son. En prononçant des lettres on entend les sons, on se souvient d'un mot, on le comprend. Le mantra est autre chose. Même les mantras qui sont simples dans leur forme produisent des effets différents, parce qu'un mantra est composé de certaines lettres choisies par le maître et disposées dans un ordre particulier pour produire un certain assemblage de sons. Quelquefois, les termes du mantra peuvent avoir une signification : d’autres fois il n'en est pas ainsi, quand seul le son est important. Les lettres ne représentent que des symboles. L’effet du mantra n’agit pas sur le plan de la raison. Donc, la lecture d'un mantra sur une feuille de papier ne produira pas de grands résultats. Il faut entendre le mantra prononcé par un maître qui l’a lui-même répété pendant longtemps. La connaissance acquise par la répétition du mantra s'étend bien au-delà du plan de la raison. Elle est, dit-on en Inde, dans la conscience profonde.
On peut demander pourquoi attribuer une si grande valeur au son. Le Védanta enseigne que la seule réalité, Brahman, existe derrière le monde entier. Brahman a eu l’idée de créer le monde ; c’est ce que nous disons pour l’expliquer. Tout ce que nous voulons faire, nous le pensons tout d’abord, puis cela devient action. La pensée est reliée au mot, et le mot au son. Ainsi ondit qu’avant la création, il y avait shabda-brahman, décrit comme le son. Cette idée appuie fortement celle de la création par le son. shabda est le son. Nataraja, Shiva dansant, tient un petit tambour dans sa main. Le tambour produit un son beaucoup plus fort que celui d'un piano ou d'un autre instrument de musique. Le tambour dans la main de Nataraja signifie le son, la création. Cette image représente le Créateur, le Protecteur et le Destructeur. C'est le Seigneur.
Le son Aum est très important pour les hindous. Sri Aurobindo en a donné une explication intéressante, disant que le Pasteur divin, c'est-à-dire Dieu, devient lui-même le mantra Aum.