les disciples qui furent swamis et présidents de l’ordre

S. BrahmanandaS.ShivanandaS. AkhandanandaS.Vijnanananda

RAKHAL – SWAMI BRAHMANANDA (1863 - 1922) Lorsque Swami Vivekananda fonda ce qui allait devenir l’Ordre et la Mission Ramakrishna, il en confia immédiatement la responsabilité à Swami Brahmananda qui fut ainsi le premier Président de l’Ordre, de 1899 à 1922. Un recueil L’Éternel Compagnon rassemble les souvenirs de ceux qui l’ont connu.

TARAK – SWAMI SHIVÂNANDA (1854 - 1934)  Président de l’Ordre de 1922 à 1934. Il avait 26 ans lorsqu’il connut Ramakrishna.

GANGADHAR – SWAMI AKHANDÂNANDA (1866 - 1937) Il rencontra Ramakrishna en 1884. En 1897, il conduira le premier projet à but social et humanitaire de la Mission.  Il fut Président de l’Ordre de 1934 à 1936.

HARI PRASANA – SWAMI VIJNANANANDA (1868 - 1938) Président de l’Ordre de 1936 à 1938, il aura été le dernier disciple direct de Ramakrishna à exercer cette fonction.

 

les disciples qui furent swamis

S.Adbhutananda S.Subhodananda S.Trigunatitananda S.Turiyananda S.Ramakrishnananda S.Abhedananda S.Advaïtananda S.Yogananda S.Premananda S.Saradananda

LATU – SWAMI ADBHUTANANDA (? – 1920) Originaire d’une famille très pauvre, tôt orphelin, illettré, il tira de sa simplicité une sagesse qui éclairait chacun. Il servit Ramakrishna mais refusa toujours, bien qu’il fût moine et reconnût par ses pairs pour sa sagesse, d’intégrer l’Ordre ou son Conseil d’administration. Il passa les huit dernières années de sa vie à Bénarès – Vanarasi.

SWAMI SUBHODANANDA (1867 - 1932) Il rencontra Ramakrishna en 1884, et fut aimé de tous pour son caractère pareil à celui d’un enfant.

WAMI TRIGUNATITANANDA (1865 - 1915) Issu d’une famille aristocratique, enfant très gâté, bon élève (un des meilleurs de la classe de M.), il apprit auprès de Ramakrishna les bienfaits du service et de la simplicité. À la demande de Swami Vivekananda, il s’occupa du journal Udbodhan puis fut envoyé à San Francisco où il passa une dizaine d’années avant d’y finir ses jours. Il y fonda un temple, Le Temple universel, devenu aujourd’hui Monument historique.

HARI – SWAMI TURIYANANDA (1863 - 1922) Issu d’une famille de brahmanes, éduqué selon l’idéal de sa caste, il n’avait que treize ou quatorze ans lorsqu’il rencontra Ramakrishna. Il est à l’origine d’un ashram à San Francisco.

SASHI – SWAMI RAMAKRISHNANANDA (1863 - 1911) Il rencontra Ramakrishna en 1883 et resta auprès de lui. Envoyé à Madras par Swami Vivekananda en 1897, il y fonda un orphelinat dans lequel tout enfant était accueilli sans considération de caste ni de race (cet orphelinat existe encore aujourd’hui, qui prend en charge plus de 500 orphelins). Il passa les derniers jours de sa vie à Calcutta.

KALI – SWAMI ABHEDANANDA (1866 - 1939) Érudit, visiteur régulier de Ramakrishna, il accompagna Swami Vivekananda en Angleterre et resta aux États-Unis (à New York) de 1897 à 1921. Il fut le dernier des disciples directs.

GOPAL – SWAMI ADVAITANANDA (1828 – 1909)

SWAMI YOGANANDA (1862 - 1898) Disciple direct de Ramakrishna, il a cependant été initié par Sarada Devi.

BABURAM – SWAMI PREMANANDA (1861 - 1918) Il a laissé le souvenir d’un homme qui a su aimer ses frères comme une mère aime ses enfants.

SARAT – SWAMI SARADANANDA (1865 - 1927) Issu d’une famille brahmane orthodoxe aisée, il rencontra Ramakrishna en 1883. Swami Vivekananda l’envoie aux États-Unis en 1896 avant de le rappeler deux ans et demi après pour prendre la responsabilité du secrétariat général de l’Ordre et de la Mission. Il a visité l’Angleterre, la France et l’Italie. Au cours d’un séjour à Rome, il eut une expérience au cours de laquelle il sentit ce qu’avaient pu connaître les disciples de Jésus. Il est l’auteur d’une biographie de Ramakrishna Shri Ramakrishna, the Great Master (Lila Prasanga titre original en bengali) traduite désormais depuis peu en français.


S.YatiswaranandaSWAMI YATISWARANANDA (1889 – 1966) Initié par Swami Brahmananda, Swami Yatiswarananda n’est pas un disciple direct mais il est  tellement lié à l’histoire de la Mission Ramakrishna en France et en Europe que nous devons le mentionner. Invité par des aspirants spirituels européens, il se rendit d’abord à Wiesbaden et à Genève, puis en France, en Italie et en Hollande.

 

les disciples laïcs

M.Girish GoshM. – MAHENDRANATH GUPTA (1854 - 1932) Il rencontra Ramakrishna en 1882 alors qu’il pensait mettre fin à ses jours tant il était alors désespéré. Il est l’auteur du livre Shri Shri Ramakrishna Kathamrita, (traduit en français sous le titre Les entretiens de Ramakrishna) qui est la longue transcription des notes prises sur le vif pendant les dialogues entre Ramakrishna et ses visiteurs : conversations quotidiennes et moments rares, rires et cantiques, promenades et extases,  y alternent dans la grâce et sont toujours prétexte à des enseignements spirituels souvent transmis sous la forme de contes ou d’images.

GIRISH CHANDRA GHOSH (1844 – 1912) Célèbre et renommé auteur dramatique (père du théâtre moderne bengali) pour lequel Ramakrishna manifesta beaucoup d’affection. Marié et père de famille, il fut cependant considéré par les autres disciples de Ramakrishna comme un sannyasin, c’est-à-dire un renonçant.

MATHUR BABU Gendre de Râni Rasmani, la donatrice du temple à Kali de Dakshineswar, il fut, en tant qu’administrateur du temple, le premier témoin des expériences religieuses et spirituelles de Ramakrishna, pour lequel il fut un protecteur.

Bibliographie

La date est celle de la première édition en français ; le nom de l’éditeur est celui de la dernière édition en français
Les astérisques signalent les ouvrages cités deux fois (au nom de leur auteur ou sous le nom de la personnalité qui est leur thème ou sous celui de leur préfacier)

 

 

DISCIPLES
Swami Ashokananda
Swami Ashokananda Les pratiques spirituelles Maisonneuve 1944
Swami Brahmananda
*Swami Brahmananda Les paroles du maître Grands Maîtres 1937*
Swami Brahmananda Discipline monastique Albin Michel 1949
*Swami Prabhavananda L’éternel compagnon Maisonneuve* 1947
Swami Nikhilananda
Swami Nikhilananda Comment discriminer le spectateur du spectacle (Commentaire) Maisonneuve 1945
*Swami Nikhilananda La vie de Vivekananda De Bartillat 1956*
Sœur Nivedita
Lizelle Reymond Nivedita fille de l’Inde Albin Michel 1945
Sœur Nivedita Un chant d’amour et de mort Derain 1952
*Sœur Nivedita Vivekananda tel que je l’ai vu Albin Michel 1952*
Swami Paramananda
Swami Paramananda La voie de la dévotion Sack Geuthner 1913
Swami Paramananda Mon credo Rosicruciennes 1941
Swami Paramananda La porte secrète Maisonneuve 1943
Swami Paramananda La guérison spirituelle Rosicruciennes 1953
Swami Paramananda Le Christ et l’idéal oriental Abbaye du Livre 1948
Swami Prabhavananda
*Swami Prabhavananda L’éternel compagnon Maisonneuve 1947*
Christopher Isherwood Mon gourou et son disciple 10/18 1982
Swami Prabhavananda Les Bhakti sutras selon Narada CVR 1983
Swami Prabhavananda Le sermon sur la montagne d’après le Védanta CVR 1985
Swami Prabhavananda Enseignements et témoignages CVR 1985
Swami Premananda
Swami Premananda Enseignements et témoignages CVR 1985
Swami Turiyananda
* Swami Ritajananda La vie de Swami Turiyananda CVR 1979*


Portrait de Swami Vivekananda

Né en 1863, Vivekananda n’avait que 18 ans lorsqu’il rencontra Ramakrishna pour la première fois. Vivekananda était alors un jeune Indien de son temps, partagé entre les attraits de la civilisation occidentale de progrès et les attraits de la civilisation ancestrale de l’Inde, entre la nécessité de réformes sociales qui demandait de s’engager dans l’histoire et la nécessité d’une vie intérieure qui demandait de considérer l’éternité comme la seule réalité.

Préoccupé par la question de l’existence de Dieu, Vivekananda cherchait quelqu’un qui pût attester de son existence, et il allait vers chacun demandant : « avez-vous vu Dieu ? ». Cette quête s’arrêta lorsqu’à cette question Ramakrishna lui répondit : « oui, je Le vois comme je te vois, mais beaucoup plus intensément », et lorsque, par un simple contact physique, Ramakrishna lui transmit cette vision.

Alors Vivekananda ne quitta plus Ramakrishna, et d’autant moins que Ramakrishna avait reconnu aussitôt en lui le disciple qu’il attendait.

Avant de quitter ce monde, Ramakrishna confia à Vivekananda la responsabilité des disciples lequel, dans les années qui suivirent ce départ, vécut la vie d’un moine errant et mendiant, traversant toute l’Inde. Cette étape de sa vie, en même temps qu’elle accrut sa conscience spirituelle accrut aussi sa conscience de la misère sociale dans laquelle se trouvait ses frères indiens ; de tout cela il tira plusieurs conclusions qu’on peut résumer ainsi : d’abord nul ne peut épanouir sa puissance spirituelle s’il vit dans une misère matérielle – il faut donc travailler à l’élévation sociale du peuple ; ensuite la prospérité matérielle, qui est la grande force de l’Occident, n’est une véritable prospérité que si elle est subordonnée à la prospérité spirituelle – il faut donc travailler à l’élévation spirituelle de toute l’humanité.

Tel fut dès lors son but, et lorsque Swami Vivekananda apprit qu’au cours de l’Exposition universelle de Chicago (en 1893) était prévu un Parlement mondial des religions, il vit là une occasion d’y travailler. Ses interventions au Parlement mondial des religions firent une telle impression qu’il fut invité en de multiples points des États-Unis pour donner des conférences. Dans les années qui suivirent, Vivekananda a eu l’occasion de parcourir l’Europe : il a pu séjourner en France, en Suisse, en Angleterre, en Allemagne, en Hollande, et pour son retour en Inde a traversé le continent en train de Paris à Istanbul.

Ainsi les deux plans de la Mission Ramakrishna étaient posés : éducation pour élever socialement ; élévation spirituelle de l’Orient et de l’Occident.De retour en Inde, Swami Vivekananda, avec d’autres disciples de Ramakrishna, établit les institutions qui allaient permettre de développer ces deux plans.
Swami Vivekananda a quitté ce monde le 4 juillet 1902.

Bibliographie

La date est celle de la première édition en français ; le nom de l’éditeur est celui de la dernière édition en français

SWAMI VIVEKANANDA
Enseignements
Swami Vivekananda Jnana-yoga Albin Michel 1936
Swami Vivekananda Les yogas pratiques Albin Michel 1936
Swami Vivekananda Mon maître Maisonneuve 1937
Swami Vivekananda Entretiens et causeries Albin Michel 1955
Swami Vivekananda Lève-toi ! Réveille-toi ! L’originel 2011
Biographie
Romain Rolland La vie de Vivekananda Stock 1930
*Sœur Nivedita Vivekananda tel que je l’ai vu Albin Michel 1952*
*Swami Nikhilananda La vie de Vivekananda De Bartillat 1956*
Collectif Vivekananda – Rencontre avec l’Occident CVR 2007
Études
Collectif Swami Vivekananda, pont entre l’Orient et l’Occident (Centenaire) 1964
Collectif La tolérance (Centenaire) 1964

 

dossier photos
dossier presse


Sri Sarada Devi

Sarada Devi est née le 22 décembre 1853 à Jayrambati, petit village du Bengale.

Promise très jeune selon la tradition millénaire à Ramakrishna, elle ne le rejoignit qu’en 1872. L’exaltation religieuse dans laquelle vivait perpétuellement son époux fut pour Sarada une joie, car cette exaltation comblait ses propres aspirations. L’union des deux époux resta chaste, mais fut cependant parfaite : aucun des deux n’était au service de l’autre puisque tous deux s’étaient mis au service de la réalisation du Suprême.

Après le départ de Ramakrishna en 1886, Sarada fut spontanément reconnue par tous les disciples comme le témoignage le plus clair et le plus éminent du message de Ramakrishna, et bien qu’elle fut vénérée par chacun, elle garda toujours sa simplicité native.

Sarada Devi a quitté ce monde en 1920.

Ses dernières paroles (prononcées avant chaque repas à l’ashram de Gretz) furent : « si vous désirez la paix de l’esprit, ne voyez pas les défauts d’autrui – voyez plutôt les vôtres. Apprenez à considérer que l’univers tout entier n’est pas différent de vous-même. Personne ne vous est étranger. Le monde et vous-même c’est tout un. »

Bibliographie

La date est celle de la première édition en français ; le nom de l’éditeur est celui de la dernière édition en français

SARADA DEVI
Collectif La vie de la Sainte Mère Maisonneuve 1946
Patrick Mandala La divine énergie Dervy 1991

Chez le photographe en 1884

« J’apporte à l’Europe, qui l’ignore, le fruit d’un nouvel automne, un message nouveau de l’Âme, la symphonie de l’Inde qui a nom Ramakrishna. […] L’homme dont j’évoque ici l’image fut le couronnement de deux mille ans de la vie intérieure d’un peuple de trois cent millions. Mort depuis quarante ans, il est un animateur de l’Inde de notre temps. Il n’était ni un héros de l’action, comme Gandhi, ni un génie de l’art ou de la pensée comme Goethe ou Tagore, il était un petit paysan brahmine du Bengale, dont la vie extérieure se déroula dans un cadre limité, sans incidents marquants, en dehors de l’action politique et sociale de son temps. Mais sa vie intérieure embrassa la multitude des hommes et des dieux. […] Très peu remontent à la source. Le petit paysan du Bengale, en écoutant son cœur, a retrouvé les chemins de la Mer intérieure. Et il l’a épousée […] »

Romain Rolland La vie de Ramakrishna 1929

 

Ramakrishna (18 février 1836 – 16 août 1886) est né à Kamarpukur petit village de la province du Bengale, au nord-est de l’Inde.

À l’âge de vingt ans, il devint chargé du culte dans un temple nouvellement bâti à Calcutta, la capitale provinciale, temple dédié à la Déesse Kâlî. Commença alors pour Ramakrishna une longue série d’expériences religieuses  – certaines déroutantes, pour son corps ou son esprit, pour lui-même ou son entourage –  expériences qui confirmèrent ce qu’il pressentait déjà alors qu’il n’était qu’un enfant : il n’y a qu’une seule réalité, et cette réalité est divine.

Vers 1861, plusieurs maîtres savants dans ces matières reconnaissent en Ramakrishna un homme qui a reçu le Ravissement Suprême. Cette reconnaissance ne change rien à la simplicité de la vie de Ramakrishna : il continue son service au temple et sa recherche de la connaissance spirituelle vraie, pratiquant pour cela les principales méthodes offertes par la religion hindoue, et aussi celles des religions musulmane et chrétienne.

En 1872, Sarada Devi rejoint Ramakrishna (ils avaient été mariés selon la tradition millénaire alors que Sarada n’était qu’une enfant). Leur amour fut indéfectible et resta chaste cependant.

Peu à peu la renommée de Ramakrishna avait dépassé les limites de son village natal ou l’enceinte du temple de Kâlî et spontanément on venait de toute l’Inde pour le voir ou s’entretenir avec lui.

Bibliographie

La date est celle de la première édition en français ; le nom de l’éditeur est celui de la dernière édition en français.

RAMAKRISHNA
Enseignements
M. Honegger-Durand Un des chemins Grands Maîtres 1936
*Swami Brahmananda Les paroles du maître Grands Maîtres 1937*
Jean Herbert L’enseignement de Ramakrishna Albin Michel 1941
Mahendranath Gupta L’Évangile de Ramakrishna CVR 1980
Mahendranath Gupta Les entretiens de Ramakrishna Cerf 1996
Biographie
Romain Rolland La vie de Ramakrishna Stock 1930
Dhan Gopal Mukerji Le visage du silence CVR 1932
L. Reymond, J. Herbert Études et portraits Maisonneuve 1943
Lizelle Reymond Sri Sarada Devi et Sri Ramakrishna dans leurs villages Derain 1950
Collectif Récit de ceux qui ont connu Ramakrishna CVR 1960
Christopher Isherwood Ramakrishna – Une âme réalisée Le Rocher 1995
*Swami Saradananda Biographie de Ramakrishna Cerf 2005*
Biographie et enseignements
*Swami Vivekananda Mon maître Maisonneuve 1937*
Solange Lemaître Ramakrishna et la vitalité de l’hindouisme Seuil 1970
Marc de Smedt Ramakrishna, un sage en Inde Courrier du Livre 1987
Charles Maix Souvenirs de M. sur Ramakrishna et ses disciples Petit Véhicule 1996
Rachel et Jean-Pierre Cartier Ramakrishna – Un maître pour notre temps La Table ronde 2004
Études
Sœur Devamata Sri Ramakrishna et saint François d’Assise